25 septembre 2022

Neurones miroirs : DĂ©couvrez comment et pourquoi il est important d’aider nos enfants Ă  dĂ©velopper leurs capacitĂ©s.

Nous connaissons dĂ©jĂ  l’importance d’apprendre Ă  nos enfants Ă  dĂ©velopper des qualitĂ©s qui permettent de bien vivre ensemble: Le respect, le partage, la tolĂ©rance, la non-violence. Les avancĂ©es neuroscientifiques nous permettent de mieux comprendre les capacitĂ©s humaines et de les entrainer de maniĂšre spĂ©cifique. Il ne s’agit plus tant d’inculquer des valeurs, que de favoriser le dĂ©veloppement du potentiel naturel de l’Être humain. Apprenons comment dĂ©velopper les neurones miroirs chez nos enfants:

DĂ©couverte des neurones miroirs :

Singe qui se regarde dans un rétroviseur. Pour illustrer la reconnaissance de soi à l'aide des neurones miroirs.
L’image de soi.

Les neurones miroirs sont dĂ©couverts en 1990 lors d’études menĂ©es sur le singe Macaque. C’est une Ă©quipe de chercheurs de l’universitĂ© de Parme qui constate leur localisation et leurs conditions d’activation. Ils sont prĂ©sent dans l’aire motrice du cerveau et s s’activent lorsque les singes sont en mouvement, ou bien, lorsqu’ils regardent ou entendent quelqu’un faire une action. Ils constatent, Ă©galement, qu’ils rĂ©pondent avec une intensitĂ© variable en fonction que les singes mĂšnent l’action ou qu’ils l’observent. Chez le Macaque comme chez l’Être humain les neurones miroirs permettent de comprendre l’intention derriĂšre une action.

Que-savons-nous des neurones miroirs chez l’homme ?

Aujourd’hui, nous savons que de nombreuses aires du cerveau humain sont composĂ©es en partie de neurones miroirs. Ils sont, notamment , dans des rĂ©gions du cerveau qui interviennent dans la mĂ©morisation et le rappel des souvenirs. Qu’est-ce que cela signifie ? Les neurones miroirs disposent d’un accĂšs Ă  notre rĂ©servoir Ă©motionnel qui, potentiellement, peut ĂȘtre utilisĂ© afin de mieux comprendre les Autres. Nous savons aujourd’hui que les neurones miroirs jouent un rĂŽle fondamental dans le dĂ©veloppement de l’empathie. L’autre facteur est la volontĂ© consciente. Les motivations qui nous poussent Ă  faire preuve d’empathie peuvent ĂȘtre diverses et variĂ©es, cependant, elles sont nĂ©cessaires Ă  son Ă©tablissement. Chez certains sujets humains, contrairement au Macaque, les neurones miroirs s’activeraient, avec la mĂȘme intensitĂ© tant en observant, qu’en agissant.

🧐 En rĂ©sumĂ© : C’est la dĂ©couverte de notre capacitĂ© physiologique d’Êtres sociaux programmĂ©s pour apprendre des Autres.

Pourquoi les neurones miroirs jouent-ils un rĂŽle dans nos apprentissages ?

Ils nous permettent d’apprendre par observation, imitation, mais aussi d’identifier les actions auxquelles nous assistons et d’en deviner les intentions. DĂšs la naissance, ce groupe de neurones est actif et nous permet d’apprendre Ă  manger, Ă  nous habiller, Ă  parler
 Ils sont essentiels pour le dĂ©veloppement de l’enfant, ainsi que pour les relations et l’Ă©ducation.

Les neurones miroirs sont responsables du bĂąillement lorsque nous voyons quelqu’un d’autre bĂąiller. Ils agissent Ă©galement lorsque nous voyons quelqu’un triste ou pleurer et que nous nous sentons tristes Ă  notre tour. La mĂȘme chose se produit avec le sourire ou le rire. Le rire peut ĂȘtre contagieux, n’est ce pas ? 😉

Les neurones miroirs nous permettent de dĂ©velopper l’empathie parce qu’elles sont connectĂ©e Ă  notre vĂ©cu Ă©motionnel. Part la comprĂ©hension de nos Ă©motions nous pouvons comprendre celles d’autrui. Il me semble fondamental, pour leur Ă©quilibre et leur bien-ĂȘtre, d’apprendre Ă  nos enfants Ă  prendre conscience de ce vĂ©cu intĂ©rieur. Puis, nous le verrons dans un prochain article, qu’il puisse ĂȘtre accueillit consciemment. (Par opposition au processus de refoulement (1))

Quel intĂ©rĂȘt Ă  dĂ©velopper ces capacitĂ©s chez nos enfants ?

des mains qui tiennent un globe terrestre. Pour signifier la capacité permises par les neurones miroirs de vivre en harmonie.
Ils sont le monde de demain.

Commencer à créer le monde de demain :

Qui n’a jamais rĂȘvĂ© d’un monde avec plus de tolĂ©rance, de compassion et de douceur de vivre ? Nous l’avons vu, qu’il s’agisse de l’importance de dĂ©velopper l’art de la communication ou de crĂ©er des rapports humains harmonieux, les neurones miroirs jouent un rĂŽle clĂ© dans notre capacitĂ© Ă  nous sociabiliser. L’empathie permise par les neurones miroirs et activitĂ© par notre intention, montre Ă  quel point l’Être Humain est un ĂȘtre social et comprĂ©hensif. Nous avons le choix d’engager notre Ă©volution personnelle dans telle ou telle direction: vers plus d’Ă©gocentrisme ou plus d’altruisme. Il nous est possible, de changer nous mĂȘme et en tant que parent, nous avons l’opportunitĂ© de permettre Ă  nos enfants de prendre des habitudes qui leurs seront favorables. Dans un prochain article, j’Ă©voquerai avec vous cette thĂ©matique: « quelle est l’influence des habitudes sur nos vies et comment en tirer partie ? »

Deux enfants sont dans la nature. Ils prennent des photos. Pour illustrer la mémoire des apprentissages par observation grùce aux neurones miroirs.
Ils gardent en mĂ©moire ce qu’ils observent.

Permettre Ă  nos enfants d’ĂȘtre davantage conscient du monde qui les entourent :

L’empathie, la capacitĂ© de se mettre Ă  la place d’Autrui est aussi, un puissant outil d’autoprotection. C’est pourquoi, plus votre enfant sera en mesure de ressentir les intentions de ses interlocuteurs, plus il sera Ă  mĂȘme de s’en protĂ©ger. Le langage para-verbal et non-verbal, constituent 90% de la communication (2). Combien sommes-nous Ă  nous ĂȘtre laissĂ© bernĂ©s par des personnes peu scrupuleuses ? Une personne malintentionnĂ©e peut avoir un discours propre et bien travaillĂ©. Si nous dĂ©veloppons notre capacitĂ© Ă  dĂ©chiffrer les Ă©motions des Autres, nous pouvons, plus facilement, nous prĂ©munir contre leurs mauvaises intentions.

Les clĂ©s pour savoir nous protĂ©ger et apprendre Ă  nos enfants Ă  en faire de mĂȘme consistent, Ă  dĂ©velopper l’intelligence Ă©motionnelle. Pour cela il suffit de s’entraĂźner Ă  Ă©couter nos ressentis. Les jeux de rĂŽles sont trĂšs utiles pour crĂ©er un espace sĂ©cure visant Ă  Ă©veiller chez nos enfants cette capacitĂ© d’écoute et de comprĂ©hension. (3)

Comment aider nos enfants à développer leur potentiel ?

Une fleur au pétales multicolores. Pour évoquer la richesse émotionnelle lorsque nous avons entrainé nos neurones miroirs
La richesse Ă©motionnelle

À l’aide de la contagion Ă©motionnelle :

  1. Montrez du bonheur et de l’optimisme et ainsi vous le transmettrez Ă  vos enfants.
  2. Enseignez aux enfants l’intelligence Ă©motionnelle en prenant vous mĂȘme conscience de vos Ă©motions mĂȘme les plus « dĂ©sagrĂ©ables »  afin qu’ils puissent identifier leurs propres Ă©motions et celles des autres.. Nous avons tous de mauvais jours, cependant, vous n’avez pas Ă  rĂ©primer ces Ă©motions, mais Ă  les accueillir. Il est important d’apprendre Ă  les identifier et les nommer. Ainsi, parce-que vous serez plus empathique avec vous mĂȘme, vous serez plus apte Ă   dĂ©tecter les Ă©motions que votre enfant ressent. Vous pourrez alors l’aider Ă  les identifier et Ă  les gĂ©rer en consĂ©quence.
  3. Utilisez le jeu, pour crĂ©er un espace sĂ©curisĂ© et expĂ©rimenter avec votre enfant. Les jeux, du miroir ou des marionnettes sont des dĂ©monstrations physiques pour que les enfants puissent apprendre et imiter en toute sĂ©curitĂ©.
  4. Encouragez les interactions de groupe, avec les membres de la famille, les amis. Cela maximisera l’utilisation des neurones miroirs et donc les relations sociales et l’empathie de l’enfant.
  5. Utilisez l’imitation dans toutes les activitĂ©s que vous voulez que les enfants apprennent (se laver les dents, nettoyer aprĂšs eux, tout les domaines sur lesquels vous souhaitez voir votre enfant grandir en autonomie
). Le temps que vous prendrez sera un prĂ©cieux temps gagnĂ© par la suite.
  6. Soyez vigilant par rapport Ă  la violence. Les enfants apprennent ce qu’ils voient. Si un enfant est Ă©duquĂ© dans un environnement hostile, ou qu’il est frĂ©quemment confrontĂ© Ă  des scĂšnes violentes (dessins animĂ©s, jeux vidĂ©o, films…) ses neurones miroirs s’activeront et il risque de prendre exemple sur ces comportements violents.
  7. Enseignez aux enfants l’importance de la façon dont nous Ă©coutons , en particulier le langage corporel. Vous pouvez nommer ce que vous observez:  » Cette dame Ă  l’air trĂšs en colĂšre, elle a le visage tout rouge », « Ce petit garçon qui pleure Ă  l’air triste de quitter le parc ». Nommer ce n’est pas juger, vous apprenez donc Ă  votre enfant Ă  reconnaitre sans porter de jugement. De cette façon, lorsque quelqu’un a besoin d’attention ou d’aide, les neurones miroirs de votre enfant s’activeront et son empathie sera renforcĂ©e. Le jeu du miroir se prĂȘte bien Ă  cet apprentissage. Vous remarquerez aussi, que les enfants entre eux, ou Ă  l’aide de support tels que les playmobiles, les peluches ou autres personnages, rejouent facilement les scĂšnes dont ils ont Ă©tĂ© tĂ©moin; en classe, dans la cours de rĂ©crĂ©, devant un dessin animĂ©, les combats PokĂ©mons par exemple. En jouant avec eux, ou mĂȘme si vous les Ă©coutez jouer Ă  proximitĂ©, vous pouvez mettre des mots sur les scĂšnes qu’ils rejouent : « dit donc, le maĂźtre doit ĂȘtre bien en colĂšre pour crier aussi fort sur cet Ă©lĂšve ».

Petits jeux pour développer les neurones miroirs chez nos enfants, le souci de soi et des Autres :

Le jeu du miroir:

Un petite fille devant un miroir. jeu pour développer les neurones miroirs

Un jeu simple Ă  faire avec ses enfants dĂšs le plus jeune Ăąge consiste Ă  jouer les miroirs. Vous pouvez commencer assis mains appuyĂ©es contre celles de votre enfant. Ensuite, vous invitez votre enfant Ă  suivre vos mouvements. Lentement dĂ©placez vos mains vers la gauche, puis vers la droite, vers le haut ou vers le bas. Vous pouvez, faire des trajectoires circulaires, des lignes droites ou courbes, des aller-retour et surtout changez de rythme. Essayez de garder des mouvements libres et spontanĂ©s. Votre enfant devra s’adapter. Puis, vous Ă©changer les rĂŽles afin qu’il dirige et que vous le suiviez. C’est un exercice fabuleux pour entretenir la complicitĂ©. Je pratique parfois en cabinet, dans le cadre de thĂ©rapies familiales ou de couples. Cela permet de se connecter et d’ĂȘtre attentif Ă  l’Autre en se dĂ©centrant de soi.

Vous pouvez laisser libre cours Ă  votre imagination. Des variantes, peuvent voir le jour en mimant debout la gestuelle de votre enfant, les expressions de son visage, ou une scĂšne de thĂ©Ăątre. Vous pouvez jouer Ă  deux ou Ă  plusieurs, comme au sein d’un ronde avec une personne qui invente et les autres qui sont des miroirs. Les fous rires sont garantis !

Jeu des marionnettes :

théùtre de marionnettes un jeu pour travailler les neurones miroirs.

Jouer avec des marionnettes est une « mĂ©diation thĂ©rapeutique Â» dans le jargon Ă©ducatif. Ce jeu va devenir une « aire transitionnelle Â» (4). Cela veut dire que vous allez, au travers du jeu avec votre enfant, amĂ©nager un espace oĂč vous pouvez vous affranchir du cĂŽtĂ© anxiogĂšne du rĂ©el.

Par exemple : Vous pouvez rejouer une scĂšne de dispute entre vos enfants. Vous prenez deux marionnettes et proposez un dĂ©nouement possible qui permettrait aux deux marionnettes de se sentir apaisĂ©es. Vous verrez vos enfants participer en projetant leurs ressentis, leurs frustrations ou sentiment d’incomprĂ©hension sur les personnages. Le cas Ă©chĂ©ant, vous pouvez leur poser des questions : ouvertement « Comment PoupĂ©e se sent, quand Peluche lui prend son doudou ? Â», ou indirectement en vous questionnant Ă  voix haute « Je me demande pourquoi Peluche pleure quand maman lui a repris le doudou de PoupĂ©e ? Â». Laissez les enfants libres d’intervenir, de prendre une marionnette et de raconter leur histoire. Vous pouvez les aider Ă  : nommer les Ă©motions que vous jouez avec les personnages, interprĂ©ter ce qu’il se passe, parler de leur ressentis.

Dans chaque histoire qu’un enfant vous raconte, il se raconte. Cela veut dire qu’il partage avec vous sa vision, ses Ă©motions et ses Ă©ventuelles solutions. Ceci est trĂšs important. Une des problĂ©matiques parentales rĂ©currente 😉 est notre volontĂ© de solutionner les problĂšmes que rencontrent nos enfants. Il est prĂ©fĂ©rable de les accompagner afin qu’ils trouvent, eux-mĂȘmes, leur solution.

En vous souhaitant de beaux moments de complicitĂ©, d’amour et de partage avec vos enfants !

Pensez Ă  liker et commenter si cet article vous plait !

Avec Amour,

Stéphanie

Références :

  1. Ici, le processus de refoulement consiste à repousser ce qui est inconfortable ou intolérable.
  2. Selon l’Ă©tude d’Albert Mehrabian menĂ©e en 1967. ( 7% de la communication serait verbale, faite du sens des mots. 38% para-verbale, l’intonation sonore et rythme de la voix. 55% est visuelle, expression du visage et langage corporel).
  3. Le langage du corps peut amplifier ou discrĂ©diter le langage verbal. GrĂ©gory Bateson, l’école de Paolo Alto, la thĂ©orie de la « double contrainte Â».
  4. Winnicott, pĂ©diatre et psychanalyste anglais, pense que le jeu permet Ă  chaque ĂȘtre de Â« crĂ©er Â» le monde qu’il trouve dans son environnement afin de se l’approprier et de si rendre prĂ©sent et crĂ©atif. La crĂ©ativitĂ© est, selon Winnicott, situĂ©e au cƓur du processus de maturation chez l’enfant. Elle lui permet, de dĂ©velopper un rapport sain Ă  la rĂ©alitĂ© et de nourrir sa propre aspiration Ă  « vivre et exister Â».

Partagez sans modération :-)

17 rĂ©flexions sur « Neurones miroirs : DĂ©couvrez comment et pourquoi il est important d’aider nos enfants Ă  dĂ©velopper leurs capacitĂ©s. »

  1. Merci pour ce super article qui met trĂšs bien en lumiĂšre ce que sont les neurones miroirs et ce qu’ils permettent de dĂ©velopper comme capacitĂ©s chez l’ĂȘtre humain.

  2. Le fonctionnement du cerveau est toujours un sujet trĂšs intĂ©ressant. Et la dĂ©couverte des neurones miroirs nous permet de comprendre un peu mieux ce muscle si particulier. Merci pour cet article intĂ©ressant. Maintenant on comprend mieux pourquoi les enfants nous imitent mieux qu’ils ne nous Ă©coutent 😉

    1. Bonjour Gladys, Oui effectivement. Il y a encore beaucoup d’apriori sociĂ©taux sur le comportement des enfants, comme « s’ils n’Ă©coutent pas c’est parce qu’il instaurent un rapport de force avec nous ». J’y viendrais dans de prochains articles, en espĂ©rant contribuer Ă  dĂ©construire les idĂ©es reçues du passĂ©. Merci pour votre retourđŸ™đŸ».

  3. Merci pour cet article plein d’enseignement ! il apparaĂźt clairement que cette dĂ©couverte est une avancĂ©e importante dans les neurosciences pour l’apprentissage, l’empathie et la socialisation. Bref, ces neurones miroirs nous mettent en rĂ©sonance avec le monde qui nous entoure.

  4. TrĂšs intĂ©ressant ! Mon fils est autiste et quand il Ă©tait petit il adorait qu’on l’imite, c’Ă©tait lui le chef d’orchestre et il riait aux Ă©clats quand nous suivions sa chorĂ©graphie. Cette capacitĂ© lui a permis une belle Ă©volution et il est trĂšs empathique. Merci pour cet article

  5. Je ne connaissais pas les neurones miroirs.il arrive que nos réactions ou éducation trouvent une explication un jour. Merci pour ces explications claires qui encouragent à travailler certaines communication ou apprentissage

Merci de laisser un commentaire :-)

%d blogueurs aiment cette page :