20 mai 2024
Les obstacles à la méditation

Les obstacles à la pratique de la méditation

Comme nous l’avons vu dans les précédents articles la méditation consiste à familiariser son esprit avec le regard posé sur soi. Nous passons beaucoup de temps, pour ne pas dire la majorité de notre temps, à être tourné vers l’extérieur, vers les autres.

La méditation permet de revenir à soi pour comprendre notre fonctionnement intérieur. Grâce à sa pratique nous réalisons que nous pouvons limiter l’impact que le monde a sur nous. La méditation nous aide à être plus serein. Elle nous offre aussi la possibilité de percevoir les choses différemment. Certes, la méditation permet d’accéder à des états de conscience très bénéfiques cependant il est pas toujours évident de méditer et de rester concentré. Dans cet article je vais évoquer les obstacles à la pratique de la méditation et leurs antidotes.

L’agitation de l’esprit

Lorsque nous commençons la méditation et encore plus pendant les premiers temps, notre esprit est tellement agité qu’il ne nous permet pas de rester convenablement concentré . Vous avez sans doute fait l’expérience de pensée stimulantes qui arrive dans votre esprit les unes après les autres. Sachez que les pensées sont, par nature, incessantes. Elles vont et viennent comme les nuages dans le ciel.

Ce que nous devons faire cesser ce ne sont pas les pensées mais plutôt notre capacité à nous y accrocher.

C’est comme si nous prenions un mousqueton pour nous suspendre un nuage chaque fois qu’il en passe un. Si nous agissions de la sorte chaque matin pour nous rendre au travail nous n’aurions pas un gros salaire à la fin du mois. C’est notre capacité à rester concentré sur notre objectif qui nous permet de nous rendre d’un point A à un point B.

Pour faire face à ce type d’agitation il est important de ne pas se juger. Observez simplement les pensées qui traversent votre esprit sans vous y attacher. À chaque fois que vous prenez conscience que votre esprit s’éloigne, ramenez-le avec bienveillance tout simplement.

L’inconfort

Les obstacles à la méditation l'inconfort

Un autre obstacle fréquent que nous rencontrons lors de la pratique de la méditation est l’inconfort physique. La position assis par terre en tailleur n’est pas la plus évidente pour un débutant. Les douleurs musculaires, les fourmis dans les jambes, les tensions dans le dos ou les épaules nous distraient. Si pour des grands habitués de la méditation la posture du lotus est optimale, elle ne l’est pas forcément au début.

Évitez de trop chercher la perfection. En commençant petit vous êtes sûr d’avancer rapidement. Tout comme l’esprit, le corps évolue à la force de l’habitude. Il ne sert à rien de le contraindre pour obtenir un résultat. Trouvez une position confortable qui vous permette de rester immobile pendant la durée de méditation concentration. Il est important que vous puissiez rester attentif à vos ressentis sans vous laisser distraire. Asseyez-vous sur une chaise, votre canapé, ou sur un coussin du moment que la position est confortable.

Les distractions

Comme nous l’avons vu dans le précédent article les outils du méditant sont la vigilance et l’attention. Au début notre capacité de concentration est très limitée. Les obstacles à la pratique de la méditation peuvent venir de notre environnement. Le moindre bruit, les odeurs, la présence d’autres personnes peuvent nous perturber.

Notre concentration est un peu comme la flamme d’une allumette, un tout petit vent réussit à l’éteindre. Avec de l’entraînement, notre concentration sera une flamme plus grande, comme celle d’une bougie ou d’une lampe tempête. À ses différents stades la flamme résistera à des vents et des contraintes beaucoup plus importants. Il est dit que l’esprit d’un grand méditant est semblable à un phare. Imperturbable, il reste lumineux et concentré même en pleine tempête. Au départ, tâchons de rester humble et bienveillant avec nous-mêmes. Un endroit calme tranquille conviendra pour méditer et à défaut nous pouvons utiliser des bouchons d’oreille, voir un casque antibruit 🙂

La fatigue

Les obstacles à la méditation. la fatigue

La fatigue est un obstacle certain à la méditation. Si nous sommes épuisés il est difficile de rester concentré pendant la méditation. C’est là qu’apparait la torpeur. Elle est un peu l’opposée de l’agitation mentale, ça peut même nous induire en erreur pensant que parce que notre esprit est très calme nous faisons une méditation de qualité. Ce n’est pas forcément le cas. Si vous sentez que vous êtes fatigués vous pouvez décaler votre méditation. Soit vous choisissez un temps de pleine conscience que vous pouvez effectuer en marchant par exemple, sinon vous pouvez choisir un autre moment dans la journée où vous vous sentez plus alerte. L’état d’esprit du matin est propice à la méditation. A la fois nous avons de l’énergie et notre esprit est calme Mais c’est aussi en fonction de chacun

L’impatience

Les obstacles à la pratique de la méditation peuvent venir de notre impatience. Il en existe plusieurs formes. Il y a celle qui vous empêche de méditer parce qu’elle aimerait déjà obtenir des résultats et celle qui provient par exemple de certaines formes de stress. Vous savez que vous avez d’autres choses à accomplir et donc vous n’arrivez pas à vous détacher de ce qui vous préoccupe.

Pour la première forme d’impatience, il est important de se rappeler que la méditation est un processus et que cela prend du temps. Pour faire face, vous pouvez décider de méditer pendant de courtes périodes au début et d’augmenter progressivement la durée de méditation. Rappelez-vous aussi que les jours se suivent et ne se ressemblent pas. Essayez de vous détacher de la notion de résultat. L’important est de maintenir la motivation et l’enthousiasme dans la bonne direction.

Pour la deuxième forme d’impatience vous avez deux options. Soit vous pouvez régler directement la chose qui vous préoccupe, dans ce cas là différez votre méditation, réglez ce qui vous paraît urgent et revenez méditer. Dans le cas où votre préoccupation ne peut pas se régler immédiatement ou ne dépend pas uniquement de votre intervention, je vous encourage à faire une méditation analytique. Observez ce qui vous préoccupe et pourquoi cela vous préoccupe. Aller chercher au fond de vous quels sont les sentiments et les émotions qui surgissent. Cela vous permettra d’y voir plus clair et de comprendre le fonctionnement de votre esprit.

Partagez sans modération :-)

Merci de laisser un commentaire :-)

%d blogueurs aiment cette page :